Donald Trump et le Covid-19

Imprimer

Ce que j’admire le plus chez ce président c’est son vocabulaire et sens des responsabilités.

Plus soucieux des cours de la bourse américaine que de la santé de ses concitoyens, il louvoie en minorant les dangers de la pandémie et laisse les gouverneurs de chaque Etat prendre leurs responsabilités sans intervenir fermement pour les aider à faire leur devoir. Si ça va mal ce sera évidemment de leur faute. Sur le plan de la pandémie (mal maîtrisée) comme sur celui de l’économie (délabrée). Donc ce sera de toute façon de leur faute. Surtout celles des gouverneurs démocrates.
Facile n’est-ce pas !

Ne pouvant invectiver un virus qui se fout complètement de lui, de la bourse et de l’économie, il crache son venin sur tous ceux qu’il pense pouvoir influencer en les traitant de tous les noms d’oiseaux de son riche vocabulaire en ignorant royalement toutes les recommandations des spécialistes qu’il fustige (comme à son habitude) car ils ne disent pas ce qui lui plairait d’entendre. Gouverneurs, spécialistes, médecins, et même certains économistes ou ministres républicains, tous passent à la casserole de ses divagations.

Ça c’est un grand président. La preuve c’est que dans certains Etats le peuple qu’il a fanatisé descend dans la rue, armes au poing (très utiles pour tuer un virus) en se targuant de la liberté de vivre, de faire et de travailler. Car comme le dit leur président, le virus n’est qu’une simple petite grippe.
On a rarement fait mieux dans la manipulation mentale.

Ça c’est un grand président. Il plane au-dessus de la mêlée, laisse faire les autres pour pouvoir se glorifier plus tard de leurs propres succès. Comme un général qui envoie ses troupes à la mort pour se glorifier plus tard de tous leurs sacrifices.

Longue vie à l’Amérique.

Lien permanent Catégories : Economie, Monde, Politique 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.