15/05/2016

RBI la grande arnaque

Selon le fascicule des votations du 5 juin, un RBI de 2500Fr distribué à toute la population suisse coûterait 208 Milliards. C’est une véritable arnaque électorale.

Lire la suite

03/05/2016

RBI Oui ou non ?

L’initiative sur le Revenu de Base Inconditionnel fera l’objet d’une votation en juin. Oui ou Non ? Faute d’informations il est actuellement difficile de répondre à cette question.

Lire la suite

13/09/2015

UNION Européenne de la désUNION

Ah que c’est beau ! Une UNION qui n’est qu’antagonismes et que « chacun pour soi ». UNION de mes fesses où chacun des partenaires ne cherche que son propre intérêt au dépend de ceux de tous les autres.

Lire la suite

20/05/2014

Vive la Poste

Pour raisons d’économies, la Poste a fermé de nombreux bureaux dans les villes et ceux qui restent ouvert sont généralement bondés. Il n’est pas rare d’attendre une heure dans la file.

Il n’y avait plus que dans nos montagnes que les bureaux postaux restaient facilement accessibles. Les habitants comme les touristes s’y retrouvaient et pouvaient bavarder ou se renseigner sans attendre dans des files interminables. C’était un service apprécié.
Eh bien c’est fini car il n’y a plus de Poste dans nos montagnes. Tout au plus un guichet dans une superette où l’on peut acheter des timbres et envoyer des lettre. Pour le reste, paquets, factures, argent, télégrammes, c’est dans la vallée. Faut prendre sa voiture ou le car (encore postal) et faire des kilomètres avant de trouver LA Poste (« LA » car il n’y en a qu’une et elle est bondée), puis attendre qu’enfin un guichet se libère.
Tous les touristes qui venaient se renseigner, envoyer un télégramme ou encaisser un virement postal. FINI tout çà. Allez vous faire voire ailleurs.
Et tous ceux qui n’ont ni ordinateur ni voiture devront se mettre à la page ou perdre une journée pour descendre dans la plaine pour payer leurs factures ou envoyer leurs paquets.
C’est vraiment considérer les montagnards comme des moins que rien, tout juste bons à élever des vaches.
Malgré un bénéfice de 859Mio en 2012 et de près de 700Mio en 2013, la Poste a décidé de fermer tous ses bureaux peu rentables, sans se soucier des conséquences sociales.
Bientôt (économies oblige) il n’y aura plus que 26 bureaux de Poste en Suisse, un par canton.
Alors fermons tout de suite La Poste.

14/04/2014

La dégradation des services sociaux du chômage

Depuis plusieurs années on peux hélas constater une dégradation continue de certains services sociaux du chômage à Genève. Et beaucoup de chômeurs s’en plaignent.

Lire la suite

09/04/2014

Salaire minimum

En France, le SMIC est de 1445€/mois (9.53€/heure) soit 1734CHF/mois. Au Luxembourg il est de 1874€ (le plus haut SMIC de l’UE), en Hollande de 1470€, en Belgique de 1502€, alors qu’en Bulgarie il est de 159€ (le plus bas de l’UE), en Pologne de 393€. En Allemagne il n’y a pas de SMIC, et certains salaires sont parfois peu décents (surtout pour les travailleurs immigrés peu qualifiés). Voir http://entraide-sociale.com/smic-europe/

Lire la suite

05/11/2013

Survivre

Pour survivre, une entreprise doit respecter de nombreuses conditions. Faire des bénéfices, être sur un marché porteur, innover, avoir de bonnes relations avec sa clientèle, ses fournisseurs, ses banques, ses actionnaires et ne l’oublions pas avec ses employés.

Lire la suite

22/10/2013

Un chômeur est-il un pestiféré ?

C’est une question qu’ils se posent tous. A force d’envoyer leurs CV et de ne recevoir que quelques rares réponses où ils lisent qu’ils n’ont pas le format, ils ne comprennent plus. Là où ils travaillaient ils étaient appréciés, et là où ils sont maintenant plus personne ne veut d’eux. Soit ils ne sont pas assez qualifiés, soit ils le sont trop. Et pourtant ils ont étudié, travaillé, ils connaissent les contraintes et le ou les métiers. Mais non, ils sont hors-circuit.
Sont-ils pestiférés ?

Lire la suite

10/04/2012

Le Code Pénal Suisse se mord la queue

C’est un cas réel. Un homme (sous le coup de poursuites judiciaires) et sa femme, tous deux hautement qualifiés, sont sans domicile fixe et sans emploi et n’en cherchent d’ailleurs pas. Ce couple fait des dettes partout, loue des appartements sans les payer et va au restaurant sans payer. Mais il n’y a aucune plainte car la mère de cet homme, bien que vivant d’une maigre retraite, paie toutes ses dettes.
Ne trouvant bientôt plus de logement, ce couple vient alors loger chez cette pauvre femme qui habite dans un tout petit studio avec son chien. Ils vivent ainsi à trois (plus le chien) dans cet espace restreint. Ce couple surveille alors tout le courrier et tous les téléphones de cette mère abusée et complètement terrorisée par son fils qui continue à se prélasser et à faire des dettes que sa mère s’empresse de payer.
En tant que Juge de Commune j’ai convoqué cette femme. La veille son fils me téléphone furieux et menaçant. J’arrive à le calmer. Le lendemain cette femme se présente. Une femme de 68 ans qui selon les gens qui la connaissaient avait vieilli de 10 ans depuis que son fils habitait chez elle. D’abord très inquiète, elle s’ouvre peu à peu et bientôt elle me dit « Enfin je ne suis plus seule ! Mon fils est un menteur et sa femme une vipère. Ils ne cessent de me menacer, de me terroriser et de me surveiller et je ne souhaite qu’une chose c’est qu’ils partent ». Je lui dis qu’elle doit porter plainte. Et elle refuse. Elle a trop peur de lui et c’est son fils. Comme elle ne voulait pas porter plainte j’ai alors envisagé de la mettre temporairement sous tutelle. Elle était d’accord. J’ai donc organisé une réunion avec la Chambre Pupillaire. Mais la veille de cette réunion, son fils me téléphone puis me passe sa mère. Et oh stupeur, elle me dit d’une toute petite voix qu’elle est si bien avec son fils, qu’elle ne veut plus de tutelle. Clairement ces paroles étaient contraintes. Je ne pouvais donc plus rien faire.
Mais je me suis renseigné partout et tout le monde m’a confirmé ses dires. Son médecin avait même convoqué plusieurs fois ce fils qui n’est jamais venu. Il estimait que cette pauvre femme était psychiquement et physiquement au plus bas et que sa santé s’était fortement dégradée en 6 mois. Il envisageait même une maltraitance physique (traces de coups).

Ne pouvant rien faire, ce cas relevait clairement de Non assistance à personne en danger (art.128 Code Pénal) :
Art. 128 Omission de prêter secours
- Celui qui n'aura pas prêté secours à une personne qu'il a blessée ou à une personne en danger de mort imminent, alors que l'on pouvait raisonnablement l'exiger de lui, étant donné les circonstances,
- Celui qui aura empêché un tiers de prêter secours ou l'aura entravé dans l'accomplissement de ce devoir,
sera puni d'une peine privative de liberté de trois ans au plus ou d'une peine pécuniaire.

Or qui m’a empêché de porter secours ? Le Code Pénal lui-même qui ne prévoit de poursuites QUE si une personne majeure lésée porte plainte.
Doit-on donc condamner le Code Pénal ?

00:19 Publié dans Solidarité | Tags : justice | Lien permanent | Commentaires (3)

13/01/2011

Haïti, l'espoir ou la honte

La commémoration du cataclysme qui a rasé Haïti le 12/01/2010 m’a laissé songeur. Il y a en effet comme un problème. On loue les efforts des ONG et malgré cela la population est au bord de la révolte. Bizarre, non ?

Lire la suite

16/04/2010

Le chômage et les idées préconçues

Le chômage est une plaie sociale et économique mal comprise par les employeurs qui hésitent toujours à embaucher un chômeur et cherchent plus à débaucher ailleurs qu'à embaucher là où une main d'oeuvre en jachères est à sa disposition.

Lire la suite