20/05/2017

La démocratie française

Wikipédia : Selon la célèbre formule d'Abraham Lincoln prononcée lors du discours de Gettysburg, la démocratie est « le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple ». C'est l'une des définitions canoniques couramment reprises, ainsi qu'en témoigne l'introduction de la Constitution de 1958 de la Cinquième République française.


Autrement dit, les représentants élus du peuple doivent rester à l’écoute de ce peuple et veiller à ce que les organes du pouvoir et de la gestion du pays (les diverses administrations) restent réactives et s’adaptent constamment aux divers changements sociétaux.
Apparemment c’est le but du nouveau gouvernement d’Emmanuel Macron. Des élus à l’écoute et des administrations adaptées aux besoins sociétaux actuels.

Or que constatons nous dans la France laissée par des décennies de laisser faire.

D’une part des administrations pléthoriques qui n’existent plus que pour elles-mêmes, ne savent qu’appliquer des textes dépassés et refusent furieusement tout changement.
Un Code du Travail ubuesque, plus gros que la Bible, qui n’a su évoluer qu’en rajoutant de nouveaux paragraphes sans en supprimer aucun de ceux qui n’ont plus lieu d’être.
Une gestion du chômage qui ne se préoccupe que de savoir si les chômeurs ont recherché un emploi, de les pénaliser s’ils ne l’ont pas fait dans les règles, et de leur proposer des stages bidons afin de les faire sortir des statistiques du chômage. Aucune liaison avec le monde du travail qui pourtant, selon les secteurs, reste fortement demandeur.
Une Education Nationale (« Le mammouth » selon Claude Allègre) centralisée, composée de milliers de fonctionnaires mal payés et qui a réussi le tour de force de laisser des milliers d’écoliers et étudiants sur le carreau et de rabaisser le niveau de compétences de ses diplômés. Les grandes écoles françaises qui étaient encore reconnues mondialement dans les années 1960 se sont laissés complètement dépasser par les universités américaines, anglaises et autres. Au classement PISA, la France est au aujourd’hui très loin du groupe de tête et d’une manière générale les français (et les suisses) ne savent plus écrire.

Et côté du pouvoir ce n’est pas mieux.
Mettons d’emblée la gauche Mélenchonnienne et l’extrême droite du Front National de côté. Ces deux là ne connaissent qu’une chose : l’opposition systématique.
Il reste donc les socialistes de Hamon et la droite Les Républicains.
On pourrait être tenté de croire que les députés de ces deux partis soient prêts à jouer le jeu de Macron pour lui permettre de redresser une France en décomposition économique et sociale. Ben non ! Selon eux, la démocratie est faite de partis qui s’opposent. La Gauche contre la Droite. La démocratie c’est l’opposition des forces. On croirait entendre Mélenchon ou Marine. Il faut avoir une majorité parlementaire pour imposer ses propres convictions aux dépends de celles des autres. La démocratie c’est la confrontation. Il n’y a qu’à écouter Benoît Hamon, François Baroin, Georges Fennec et bien des autres pour se rendre compte de la mentalité de ces soit disant dirigeants. Pour eux il n’y a qu’une chose, la ligne du parti, du clan, de la secte.

Et l’homme dans tout cela ? Où est le peuple ? Il devient quantité négligeable, ses problèmes ne sont que des dommages collatéraux.

On comprend qu’avec de telles mentalités la France soit arrivée au point où elle en est. On comprend pourquoi il y a tant de grèves et de manifestations. Les syndicats, originellement créés pour la défense des travailleurs, se sont peu à peu transformés en clans politiques éduqués pour la confrontation. Ils ne savent donc plus que s’opposer à toute initiative. Il n’y a plus de dialogue, il n’y a plus que la lutte entre des clans opposés.

Espérons néanmoins que le Président Macron, arrivera à changer les mentalités et à faire comprendre aux français que la confrontation n’est pas la solution. Seule la concertation, le dialogue et l’écoute des autres peut déboucher sur des solutions gagnantes pour tous, quitte à faire quelques concessions de part et d’autre.

Commentaires

La démocratie française c'est comme la quadrature du cercle c'est pas parce qu'on en parle beaucoup qu'elle existe.

Écrit par : norbert maendly | 21/05/2017

Les commentaires sont fermés.