15/09/2016

C’est du n’importe quoi !

Les votations fédérales du 25 septembre me font penser à la gesticulation frénétique d’obsédés des réglementations et de maniacodépressifs.


Il est clair que nous souhaitons tous une approche responsable de la production et de la consommation. Il est clair que les forêts (tropicales ou non)  ne doivent plus être défrichées pour les seuls besoins des palmiers à huile ou l’exploitation de bois rares. Il est clair que les océans ne doivent plus être ni pollués (mercure, PCB, plastiques) ni surexploités. Il est clair que la faune et la flore doivent être protégées. Mais que peut la Suisse contre cela ? Et que peut la Suisse contre l’obsolescence programmée qui permet aux producteurs de vivre sur un marché de renouvellement régulier ? Et que peut la Suisse contre le fait que la réparation d’un appareil revient souvent plus cher que l’achat d’un neuf  ? Rien !
Notre puissance et notre marché sont insignifiants par rapport au reste du monde et notre seule possibilité est de persuader les autres de faire ce que nous voudrions faire et de le faire avec eux avant de le faire nous-mêmes.

Et augmenter l’AVS de 10% pour tous est une véritable hérésie sociale. Tout le monde ne touche pas l’AVS maximale. Beaucoup en sont même très loin. Par exemple tous ceux qui n’ont travaillé que quelques années en Suisse et ont fait toute  leur carrière à l’étranger (12-15% des suisses). Ils touchent alors quelques centaines de Francs AVS alors que leur retraite étrangère s’effondre du fait de la force du Franc (jusqu’à 30% de pertes par rapport à 2007). Cette initiative reviendrait alors à n’augmenter leur AVS que de 10 ou 20Fr alors que les mieux nantis verraient la leur croître beaucoup plus. Ça n’est pas très social.
On peut donc se demander pourquoi le comité référendaire n’a pas pensé à une augmentation dégressive beaucoup moins coûteuse et qui permettrait aux moins bien nantis de profiter d’une rente plus équilibrée. Les impôts sont bien progressifs, alors est-il si difficile d’imaginer une augmentation dégressive ? Ben non ! Le même pourcentage pour tous. Stupide !

Quant à l’initiative sur le renseignement, les arguments du comité référendaire (Etat fouineur, sphère privée, collecte secrète, neutralité) témoignent d’une méconnaissance totale du problème et d’un infantilisme effarant.
Le SRC serait supposé surveiller TOUS les citoyens en recherchant une aiguille dans une botte de foin. Ben voyons ! Les techniques de recherche ne consistent pas à trier chaque brin de foin un par un. Ce que les initiants semblent totalement ignorer. Et d’ailleurs avons-nous tous des « cadavres » à cacher ? Cela tient d’une mentalité maniacodépressive.
La Suisse qui pendant la dernière guerre avait un SRC efficace s’est vue complètement dépassée par l’apparition des technologies modernes (informatique et communications).  A tel point qu’aujourd’hui le SRC est obligé de collaborer avec les services étrangers pour obtenir des informations. Il serait donc temps que la Suisse vire enfin sa cuti et commence à devenir efficace. Quitte même à attaquer elle-même les sites de hackers qui tentent de pirater ses bases de données ou ses infrastructures. Se défendre n’est pas en contradiction avec la neutralité.

C’est pour cela que je voterai NON, NON, OUI.

Commentaires

Comme vous dites si bien c'est du grand n'importe quoi mais c'est peut-être ou pour occuper le Peuple pour lui faire croire qu'il existe encore ou pour permettre aux différents partis de savoir lequel aura engrangé le plus de points pour gagner une corbeille de point cumulus afin de recevoir ce qu'il a déjà payé trois fois un produit ou un appareil recyclé ,allez savoir
Très bonne soirée pour Vous Monsieur Lambert

Écrit par : lovejoie | 15/09/2016

Les commentaires sont fermés.