12/05/2016

Lettre à un ami (très) socialiste français

Mon cher ami,

Je tombe des nues !
Emmanuel Valls, 1er ministre socialiste d’un président socialiste et d’une (ancienne) majorité socialiste a reconnu mardi au JT de 20h sur TF1 que le code du travail français était trop lourd et trop rigide et qu’il était nécessaire de l’assouplir … au grand dam de tous les manifestants, étudiants en tête (qui n’ont jamais travaillé mais qui réclament de bons salaires et des CDI inviolables).
Comme moi tu as du sauter en l’air !


Comme son projet de réforme du travail ne passait pas ni à l’Assemblée Nationale ni dans la rue (malgré toutes les multiples concessions faites aux opposants), il l’a fait passer en usant de l’article 49.3. Une vraie dictature quoi !

Il sera plus facile de licencier un employé en CDI. Non mais c’est quoi çà ? On ne licencie pas lorsque ça va mal car c’est le patron qui en est responsable.
Salaud de patron !

Et pire ! Oh Mon Dieu ! Il envisage de remette en cause les 35 heures en laissant la décision aux patrons et à leurs employés.
On aura tout vu ! On ne touche pas ainsi aux acquis sociaux. N’est-ce pas.

Et tiens-toi bien … il envisage de supprimer l’ISF car les sommes imposées seraient beaucoup plus utiles si elles étaient productives.
Non mais pour qui il se prend ?

Et ce n’est pas tout ! Il envisage aussi de faire des économies (mais il est fou ce type !) en ne renouvelant pas les postes de certains fonctionnaires partant à la retraite. Plus de 6 millions de fonctionnaires c’est trop ! Non mais tu te rends compte ? Ces pauvres fonctionnaires qui croulent déjà sous le poids du labeur et à qui on osera demander d’être plus productifs. C’est vraiment se foutre du monde. Pauses café, pauses cigarettes, pauses lecture, pauses tricotage, pauses photos des dernières vacances, pauses tout court … fini !
Ce Valls c’est Kadhafi et à nouveau il n’y en aura que pour les nantis.

Bref, il découvre tout à coup ce que je clame depuis plus de 25 ans. Il faut dire qu’il est le seul  (on est 2 maintenant) car depuis 25 ans personne ne s’est rendu compte que le modèle français (enseigné à l’ENA) était bogué par quelques (petites) incohérences.

Bon heureusement il y a encore les bons socialistes français, ceux qui croient en la lutte des classes, aux « patrons tous félons », aux « riches pour l’échafaud », en une société où il fera bon vivre à ne plus travailler. Les bons, les vrais socialistes français pour qui il ne sera jamais question de remettre en cause ce modèle si parfait.

A tel point d’ailleurs qu’ils envisageraient de voter la motion de censure de la droite (oui oui !) pour faire tomber le gouvernement, se débarrasser de Valls et jeter le projet de réformes du travail au tréfonds des oubliettes.

Tout va très bien au royaume de France et il est temps de ne rien faire.

Les commentaires sont fermés.