27/03/2016

Mission impossible

Le léger remaniement du Code du Travail français jette dans la rue toute la population.


Etudiants qui n’ont aucune idée du travail et des entreprises mais qui se permettent d’exiger, syndicats qui ne savent que dire NON, population qui ignore que le Code du Travail Français est un livre, que dis-je une encyclopédie de près de 3.000 pages (2880 pages : http://droit-finances.commentcamarche.net/download/telecharger-204-code-du-travail-2016-pdf-en-ligne ). Une encyclopédie où plus personne ne s’y retrouve, faite de lois, d’amendements et de correctifs kafkaïens de plus en plus obscurs.
Pour comparaison, le Code Suisse fait 117 pages (http://www.les4verites.com/economie-4v/code-du-travail-encore-une-exception-francaise).

« Touche pas à mes avantages, je veux un vrai travail bien payé, j’exige, … ». Voilà la France qui ne conçoit que les avantages acquis et qui refuse toute évolution des lois et de la conjoncture. Une France qui n’admet que des privilèges et refuse tout effort. Travailler plus de 35 heure, vous n’y pensez pas ! Faciliter certains licenciements serait un cadeau aux patrons voyous. Ce n’est plus un Code du Travail mais une liste de freins à la liberté d’entreprendre.
Ce n’est pas un léger remaniement de ce Code qu’il faudrait, mais une refonte complète qui permettrait aussi bien aux employés d’être protégés contre les abus qu’aux patrons d’embaucher et de faire prospérer leurs entreprises.
Mais là on rêve. La France, immobile et sclérosée par ses propres lois, n’osera jamais se lancer dans une telle aventure. Ce serait la révolution !

 

Commentaires

raz le bol des jérémiades françaises

- marre des annonces politicardes des gvts fr: tous économistes savent que les conditions de réussite sont absentes: un tel changement de code du travail ne peut être successful qu'en plein emploi, que ce n'est que manip d'opinions

- marre des plaintes conséquentes aux 35h hebdo et de leur système de couverture sociale
(de suisses ayant bossé +50h travaillées payées 42 hebdo)

- des plaintes quant au smic fr (pas de smic en Suisse)

- de leurs allocs versées tous azimuts à tous même à femmes sans papiers mais avec enfants
(de suisses dont les allocs pour enfants ne débordèrent pas de montants pathétiques, ne couvrant pas la prime de l'assmal-enfant, & n'étaient versées à la mère seulement si elle était en emploi fixe: car zéro alloc si la mère bossait en emploi tempo)

- de leurs problèmes d'assurances-maladie en déficit, avec couverture offerte à tous même à ressortissants hors zone UE: le fr en emploi assure toute sa famille d'une faible déduc de salaire
(quand ici, les familles payent une prime par enfant)

- de leurs problèmes de logements sociaux, construits à bas-coût (car financés par communes & le reste des contribuables), attendus par 1,2 mios de mal-logés, qui dès que construits ou rénovés sont dégradés par leurs habitants bénéficiaires



de suisses en cantons frontière envahis par stés fr et par fr au chomdu

- qui se prétendent "résidents" via boîtes postales en CH,
- qui réclament une défiscalisation max via statut de quasi-résident, soit un statut de quasi CH aux droits plus étendus que ceux auxquels tout citoyen suisse résident frontalier ne peut prétendre

Ras-le bol de la société civile (contribuables en France comme en Suisse)

& dans ce monde de frontaliers pris en sandwich entre l'UE et la CH, de méandres d'abus fiscaux fr néo-bonapartiste dont seul profite Bercy,
cherchez ces entrepreneurs suisses qui n'ont pas fermé leurs succursales en zones frontalières!

juste un raz-le bol de suisse dans ces eaux opaques, avant de reprendre le collier

Écrit par : divergente | 28/03/2016

Ce n'est qu'une adaptation du code du travail envers la charia, il faut que la France s'adapte à l'islam galopant, il suffit de voir son application avec les hôtesses d'Air France.

Écrit par : Cyrano | 04/04/2016

Les commentaires sont fermés.