21/02/2016

L’UE une charrette sans pilote

Qu'est réellement l'UE ?


C'est la réunion de 28 Etats Nations ayant chacun :
- Sa culture
- Ses coutumes
- Son histoire
- Sa langue
- Son climat (celui de la Finlande n’est pas celui de l’Italie)
- Son tissu économique et social
- Son agriculture
- Sa religion
- Ses rancœurs
- Etc.
Et qui y tiennent, chacun tirant sur la corde dans le sens de ses propres intérêts. L'Angleterre qui veut le beurre et l'argent du beurre en est le plus bel exemple.
Le bordel quoi !

D'autre part à Bruxelles vous avez des ministres et des commissaires provenant chacun d'un pays précis et qui pensent selon leurs propres cultures, langues, rancœurs, climats, etc. et qui veulent imposer LEURS propres visions à tout le monde. La vision de leurs propres intérêts (surtout électoraux) et de ceux de leurs propres pays.
Et vous avez des lobbies qui œuvrent chacun pour leurs propres intérêts. Lobbies financiers, des pharma, paysans, écolos, énergie, pétrole, charbon, transports, de droite, de gauche, des PME, etc. Tous tirant dans un sens qui n’est pas celui de l’autre.
Alors comment voulez-vous que ça marche ?
L'UE est comme une charrette qui ne peut avancer car personne ne tire dans le même sens. Le cafouillage de multiples intérêts contradictoires et concurrents.

Et nos Conseillers Fédéraux (surtout les socialistes) font tout ce qu'ils peuvent pour plaire à Bruxelles et se soumettre aux diktats de ces commissaires obtus. Leurs multiples initiatives pour l’adhésion à l’UE ayant échoués, ils contournent le problème afin de faire partie de l'UE sans y être. Etre un petit sans voix, que tout le monde bouscule et qui ne peut qu’accepter et se plier à des lois édictées autre part.

Mais nom d'un chien quand est-ce que NOTRE Etat Nation comprendra que Bruxelles n'a AUCUN diktat à imposer à une NATION qui n’en fait pas partie et que son chantage à l’ouverture des marchés européens n’est que la preuve d’une arrogance et d’une impudence qu’elle risque de payer très cher un jour. Le jour où certains pays la quitteront pour vivre plus sereinement un avenir dont ils seront à nouveau maîtres. Et ce qui se passe aujourd’hui laisse penser que ce jour n’est pas si éloigné. Quand est-ce que nos chers Conseillers comprendront que la rogne générale dans l'UE ne fait que faire ressortir toutes ses incuries et qu'il serait donc suicidaire de vouloir les accepter et se plier à des diktats ubuesques que d'autres critiquent ou rejettent violemment tout en cherchant à se sortir (comme la Finlande) du piège où ils se sont fourrés.

Les frontières réapparaissent, eh bien faisons de même et pour tout le monde !
Notre fiscalité devrait s’aligner sur les normes de Bruxelles, eh bien disons lui de faire comme nous et de nettoyer devant sa porte avant de nous critiquer. Il n’y a d’ailleurs qu’à voir les résultats « merveilleux » de la fiscalité française ou allemande pour se convaincre de l’ineptie d’un alignement quelconque.
Notre système judiciaire devrait se soumettre à celui de la Haye. Expliquez moi pourquoi !
Nos entreprises devraient se soumettre aux réglementations et à la fiscalité de l’UE. Expliquez moi pourquoi !
Notre système bancaire a déjà été laminé pour le plus grand bonheur des banques et des trusts anglo-saxons qui eux n'ont subit aucune critique bien qu’étant complètement opaques.
Alors ça suffit !
Il n'y a pas que le Franc fort qui cause la montée du chômage en Suisse. Ce sont toutes les bassesses de certains de nos Conseillers Fédéraux qui ont peu à peu enclenché la machine infernale du chômage. La déroute de nos banques qui ont du licencier des milliers d’employés. Schengen qui a ouvert les portes à des milliers d’étrangers (certes utiles à notre économie mais concurrents de la main d’œuvre suisse tout autant qualifiée). Un DRH français, allemand ou italien engagera prioritairement ses copains. Pourquoi y a-t-il tellement de français, d’allemands et d’italiens dans les administrations et les diverses entreprises romandes, bâloises ou tessinoises frontalières ? Et pourquoi nos jeunes élites préfèrent s'expatrier plutôt que de postuler en Suisse ? Et pourquoi nos paysans ferment boutique car ne pouvant plus vivre de leur travail ?
C'est la mondialisation dira Bruxelles. Ben voyons ! Mondialisation ne veut pas dire laminage des marges par des normes et des réglementations restrictives inutiles, stupides et contradictoires. Mondialisation ne signifie pas "préférence étrangère". Mondialisation ne signifie pas « mise à plat » à un niveau commun général.
Ou alors la Suisse deviendra un pays pauvre et sans avenir, un pays laminé par une administration européenne normative, bureaucratique, tatillonne, kafkaïenne. Un pays que toutes les forces vives auront quitté pour aller prospérer sous des cieux plus cléments. Et la seule fierté qui nous restera sera de ne pas faire partie de cette UE, cette charrette cafouillis sans pilote.

Commentaires

Merci Monsieur Lambert pour cet excellent article qui refléte aussi l'état d'esprit de nombreux citoyens Suisses fatigués de se plier à d'éternelles nouvelles régles soi disant pour s'adapter aux normes de l'UE et sitôt l'habitude prise allez hop ,on rechange et dire que certains rêvent d'éradiquer Alzheimer alors que tout est fait justement pour nous y conduire tous
Marre de chez marre entend on de plus en plus souvent mais grâce aux anciens qui n'avaient pas mis toute leur confiance en la machine savons nous encore réfléchir par nous mêmes
très bon dimanche

Écrit par : lovejoie | 21/02/2016

Les suisses aux bras noueux sont devenus les suisses aux couilles molles depuis deux décennies. Les gauchos caviars et les fils à papa libéraux nous féminisent encouragés par les femelles du CF. Reste-t-il encore quelques porteurs d'hormones dans ce pays pour oser dire NON aux violeurs de souveraineté européens et états uniens.

Écrit par : norbert maendly | 21/02/2016

Les commentaires sont fermés.