15/04/2015

Infrarouge du 14 avril, du n’importe quoi !

Le débat sur les dangers de la cybercriminalité lors de l’émission du 14 avril fut, comme d’habitude, une suite de « blablas » sans lignes directrices, une suite de constatations d’impuissance sans prolongations.


 

Esther Mamarbachi interrompait les intervenants, posait des questions qui, éludées par certains, n’étaient pas reposées. A sa question au conseiller UDC Raymond Clottu sur la loi de programmation militaire qui ne contenait aucune mesure dans ce sens, celui-ci a répondu « Je vais y répondre mais d’abord … » et « blablablo » sans intérêt et la question fut simplement oubliée.

On ne parlait que de PROTECTION. Certes le problème est complexe, les sites sensibles sont nombreux, chacun doit se protéger. Mais personne n’a parlé de contre mesures. Comme une balle de service qui, si elle n’est pas renvoyée fait le point pour le serveur, mais qui, si elle est renvoyée là où ça fait mal, fait le point pour le renvoyeur. Comme un miroir qui réfléchit la lumière du soleil dans les yeux du salopard.

Et personne n’a envisagé d’employer des « hackeurs », véritables spécialistes de la cyber criminalité, ni être au courant qu’il existe des sites où l’on peut apprendre les bases du piratage.

Et pour comble, au niveau de la Confédération les effectifs comme les moyens sont ridicules et trop dispersés, et au niveau des entreprises ils sont pratiquement inexistants.

Il faudrait que les dirigeants soient eux-mêmes formés à l’informatique. Mais non réplique R. Clottu. Il suffit que ces dirigeants s’entourent de personnes compétentes. Ben  voyons ! Comment voulez-vous qu’un chef puisse reconnaître la réelle compétence d’un subordonné alors qu’il n’est pas capable de parler son langage, qu’il ne comprend pas ce qui se cache derrière « http:// … » et qu’il ne sait pas interpréter les « propriétés » d’un mail.

Bref, l’émission fut une suite de complaintes et de constatations d’impuissance de par la naïveté et l’incompétence informatiques des élus ou des cadres dirigeants et de certains « spécialistes » à qui Esther a donné la parole.

Commentaires

La vérité est que pendant tout ce laps de temps depuis la création des ordinateurs et du langage informatique, tous les dirigeants ont mis à l'index les informaticiens.

Certains, très mal payés, pour nourrir une famille, se voient offrir des conditions excellentes au sein de groupes terroristes.

Le dilemme est accepter, pour nourrir sa famille et oublier l'employeur ou alors ne pas céder aux sirènes de l'argent.

Le choix de certains est fait d'avance.

Sur l'émission elle-même, je suis quand moins énervé que d'habitude, la Mamarbachi s'étant moins employée à couper la parole, preuve que le sujet était bien plus sérieux.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 15/04/2015

Cette grosse pouf de EM ne sait que couper la parole aux intervenants.

Rien que sa façon d'agir discrédite totalement le sens de cette animation télévisée.

Franchement, elle mérite d'être baffée.

Elle est méprisable, aussi méprisable qu'elle ne respecte aucun invité.

Écrit par : Keren Dispa | 15/04/2015

En même temps Monsieur Lambert, plus personne ne regarde Infrarouge de manière hebdomadaire, à part quelques "patients", qui voudraient faire remonter leur tension. Pour vous en convaincre, regardez le nombre de pages consacrées au forum. Plus que quatre ou cinq, tout au plus. Il y a de cela encore cinq ans, nous en étions au moins à une vingtaine pour chaque sujet traité. Il faut dire que le tribunal socialiste a fini par lasser. L'exemple le plus évident... l'émission avec Zemmour.

Écrit par : Laurent Lefort | 16/04/2015

Les commentaires sont fermés.