20/05/2014

Vive la Poste

Pour raisons d’économies, la Poste a fermé de nombreux bureaux dans les villes et ceux qui restent ouvert sont généralement bondés. Il n’est pas rare d’attendre une heure dans la file.

Il n’y avait plus que dans nos montagnes que les bureaux postaux restaient facilement accessibles. Les habitants comme les touristes s’y retrouvaient et pouvaient bavarder ou se renseigner sans attendre dans des files interminables. C’était un service apprécié.
Eh bien c’est fini car il n’y a plus de Poste dans nos montagnes. Tout au plus un guichet dans une superette où l’on peut acheter des timbres et envoyer des lettre. Pour le reste, paquets, factures, argent, télégrammes, c’est dans la vallée. Faut prendre sa voiture ou le car (encore postal) et faire des kilomètres avant de trouver LA Poste (« LA » car il n’y en a qu’une et elle est bondée), puis attendre qu’enfin un guichet se libère.
Tous les touristes qui venaient se renseigner, envoyer un télégramme ou encaisser un virement postal. FINI tout çà. Allez vous faire voire ailleurs.
Et tous ceux qui n’ont ni ordinateur ni voiture devront se mettre à la page ou perdre une journée pour descendre dans la plaine pour payer leurs factures ou envoyer leurs paquets.
C’est vraiment considérer les montagnards comme des moins que rien, tout juste bons à élever des vaches.
Malgré un bénéfice de 859Mio en 2012 et de près de 700Mio en 2013, la Poste a décidé de fermer tous ses bureaux peu rentables, sans se soucier des conséquences sociales.
Bientôt (économies oblige) il n’y aura plus que 26 bureaux de Poste en Suisse, un par canton.
Alors fermons tout de suite La Poste.