09/09/2013

Les gaz d’Assad ?

Je suis conscient que je vais choquer beaucoup de gens, mais je ne peux m’empêcher de m’interroger sur les véritables raisons de cette guerre fratricide en Syrie.


Il y a 2 ans, les syriens ont manifesté bruyamment mais pacifiquement en faveur d’un changement politique et hélas Assad a fait intervenir l’armée en essayant de mâter cette révolution issue du Printemps Arabe. Le monde s’est indigné et les opposants ont pris les armes. Les USA et l’UE ont tenté de ramener Assad à la raison mais celui-ci, inflexible, expliquait que cette révolution était pilotée par Al-Qaïda et l’occident.

Or que voyons-nous aujourd’hui ?
Jusqu’il y a 2 ans les syriens vivaient en paix. Musulmans, chrétiens, kurdes vivaient dans un Etat laïc et menaient leurs affaires dans une relative tranquillité. Et si aujourd’hui il n’y a plus que le centre de Damas où les syriens semblent vivre en paix, le bain de sang s’est amplifié jusqu’à devenir un véritable génocide aux atrocités partagées. Assad extermine son peuple, les révolutionnaires s’entretuent, les islamistes et Al-Quaïda assassinent les kurdes et les chrétiens, et les premiers révolutionnaires n’ont plus rien à dire ou se sont exilés. Et bien que des atrocités et des crimes de guerre soient perpétrées des deux côtés, personne jusque là n’a songé à blâmer qui que soit d’autre qu’Assad alors qu’une grande partie de la population continue de le soutenir.
Cette révolution issue du Printemps Arabe aurait-elle donc été préparée pas d’autres intérêts que ceux que l’on nous dit ?

Et sur le plan géopolitique que représente la Syrie pour le reste du monde ?
Elle occupe une position stratégique au sein du monde arabe entièrement musulman qui ne peut donc concevoir qu’un Etat arabe puisse être laïc. En particulier l’Arabie Saoudite qui aimerait que tout le Moyen-Orient devienne sunnite avec Riyad pour capitale et qui n’apprécie pas que l’Iran chiite soit l’allié de Damas.
Lorsque les anglais et les français se partagèrent le Moyen-Orient, la Syrie fut un protectorat français (1920 à 1946). Et il est certain que la France verrait d’un bon œil le rétablissement même partiel de son autorité dans cette région. Ceci d’autant plus que le sous-sol de la Syrie contient des réserves de gaz naturel qui intéressent toutes les grandes puissances.

Il existe donc de nombreuses raisons qui pourraient donner raison à Assad lorsqu’il disait que cette révolution était pilotée par l’occident et Al-Quaïda.
On peut donc légitimement se demander qui a osé lancer des bombes de gaz mortel sur la population syrienne.
Assad, Al-Quaïda ou d’autres extrémistes ?

Personne ne peut le savoir et dans la gabegie générale où plus personne ne sait qui tient les ficelles, qui est criminel, qui devrait être traduit devant une cour pénale, la France et les USA clament sans aucune hésitation que c’est Bacher el Assad le criminel qui a gazé son peuple.
Peut-être, mais ce pourrait tout aussi bien être Al-Quaïda ou une autre puissance afin de déstabiliser Assad, de lui en faire porter la responsabilité et d’inciter l’occident à intervenir.
Quel que soit le responsable et quelle que soit l’issue de cette guerre, il est sûr que cette révolution ne pourra aboutir qu’à un foutoir général, comme dans tous les pays où le Printemps Arabe a évincé les anciens dirigeants.

Les commentaires sont fermés.