24/08/2012

Il est temps de ne rien faire

C’est la devise de nombreux gouvernements face à une crise. C’est d’ailleurs conforme à l’un des principes de Peter : « Tout problème qui n’est pas résolu aujourd’hui n’aura probablement plus besoin de l’être demain ».


Et c’est exactement ce qui se passe avec l’UE. La crise ? Ben oui, il faudrait faire quelque chose. Et lors de chaque réunion ministérielle il est effectivement fait quelque chose. On décide de la prochaine réunion !
Belle avancée. On a au moins un planning qui permet de s’organiser afin, lors de la prochaine réunion, de décider de la date de la réunion suivante.
Et pendant ce temps l’Euro s’effrite, l’économie va à vau-l’au, les bourses vacillent et plus personne n’ose parier sur l’avenir de l’UE. D’Union Européenne, l’UE est devenue Union Esquintée par l’incompétence de ses dirigeants qui, pour des raisons purement électoralistes, tirent chacun la couverture à soi au lieu d’essayer de s’entendre pour le bien de cette UE moribonde.
Il est vrai que l’on demande beaucoup aux Etats qui sont encore à flot. Que les riches paient ! Mais s’ils sont riches (et encore !) c’est peut-être parce qu’ils ont su gérer leur affaires, alors que les pauvres, à force de laxisme budgétaire et de passe-droits divers, n’ont fait que dépenser sans se soucier du lendemain en pensant que l’UE les sortirait toujours du pétrin. Solidarité oblige n’est-ce pas ! Mais la Dame de Fer Merkel ne cédera jamais au Capitaine de Pédalo Hollande qui campe sur ses promesses électorales ubuesques en espérant qu’il pourra les réaliser grâce à l’aide de l’UE et sans devoir procéder à un aucun assainissement budgétaire pourtant absolument nécessaire. Il y va de la « Grandeur de la France » n’est-ce pas. Et pendant ce temps les états du sud continuent de s’enfoncer dans le marasme sans pouvoir se décider à une véritable rigueur.
Et les peuples dans tout cela ? Ils subissent la crise. Du nord au sud de l’UE, elle est là, avec son chômage, ses faillites, ses pauvres et ses SdF.
C’est vraiment lamentable.

Les commentaires sont fermés.