06/02/2011

La honte des CFF

Ras le bol ! Depuis des années j'ai l'impression de voyager dans un pays du tiers monde.


Je prends souvent le train Sion-Genève (2ème classe). Et chaque fois j’ai l’impression de voyager dans un wagon à bestiaux. Ça pue, c’est sale, les WC sont à peine nettoyés (s’ils le sont), il y fait un froid de canard ou beaucoup trop chaud, les sièges sont dégoutants et peu confortables. Au départ de l’aérodrome de Genève, une touriste qui pénétrait dans le wagon a même crié « Mais c’est dégoutant ». Bref, une admirable image pour les touristes qui débarquent à Genève pour se rendent en Valais, première région touristique de Suisse. L’un d’eux, dans le train, un anglais, m’a même demandé si les CFF achetaient leurs trains à la Roumanie. Et un français en vacances dans mon village m’a dit que la Suisse devrait faire des efforts. Il croyait en effet que notre pays était riche et constatait que nos trains seraient déjà au rebus en France.

Et Madame Leuthard veut augmenter les tarifs CFF. Ben voyons ! Les lignes à destination de Berne et Zürich, les meilleures de Suisse, nécessiteraient-elles de nouveaux investissements ? Mais pour ce qui concerne le Valais, nous devons attendre. Les CFF n’ont pas assez de sous. C’est vraiment se foutre du monde. Cela fait des années que nos lignes sont les plus dégueulasses (excusez du terme) de Suisse, et nous devons encore attendre et payer le prix fort. Mettez carrément des wagons à bestiaux avec des chaises, vous économiserez des sous, les voyageurs seront tout aussi bien lotis, et plus aucun touriste ne viendra en Valais.

 

20:04 Publié dans Région | Tags : cff, valais | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

J'habite la région bâloise, nous nous déplaçons en train, en tram dans la région. La propreté, dans le train c'est acceptable, dans les trams je parle du BLT en dehors de l'endroit où les mamans viennent avec possettes et pousse-pousses, celà va de temps à autre un journal que chacun prend lit et repose avant de sortir. Chez nous il est interdit de manger ou boire durant le parcours, mais, une bonne partie des mères doit être analphabete à voir ce qui reste au sol... et surtout ne faite aucune remarque ! En ville de Bâle, là mieux vaut sur certaines lignes fermer les yeux !

Écrit par : Eulalie | 07/02/2011

Ces vieux wagons ont été ressortis peu après l'Euro 2008. Depuis 2004 et Rail 2000 jusqu'à cet événement les chefs CFF affirmaient qu'on ne pouvait ni ajouter de wagons entre Genève et Lausanne, ni augmenter les fréquences.

Pour l'Euro 2008, une "task force" a été mise en place et à découvert qu'il était possible de rajouter quelques trains ponctuellement et de rallonger les IR Genève-Brigue (jusqu'à 340 m, longueur des quais en gare de Martigny, sauf ceux qui s'arrêtent à Gland dont le quais ne fait que 320 m; le quai de Renens est à 340 m aussi).

À la suite de l'événement les cantons de Vaud et Genève ont mis la pression à raison sur les CFF. Ceux-ci ont répondus qu'ils n'avaient pas assez de wagons VU IV (en cours de réparation à mi-vie) et qu'il fallait *temporairement* engager les vieilles bétaillères. Comme la ligne était saturée entre Genève et Aigle, tout le monde a donné sa bénédiction, puisque c'était temporaire, le temps que les VU IV soient adaptés (fin en 2012, mais les wagons deviendraient disponibles à raison de 2-3 par mois).

L'arnaque est la suivante: au lieu de rajouter ces bétaillères en complément des autres, les CFF ont remplacés également 3-4 autres wagons VU IV par ces horreurs. Les IR Genève - Brigue se retrouvent donc à 40-50 % en 2e classe doté de ces wagons puants et dont les toilettes ne sont sûrement pas nettoyés quotidiennement.

Les VU IV climatisées retirées, ainsi que les voitures de commande (2e classe avec place pour le conducteur) ont été utilisées pour rallonger les IC à 2 étages, surchargés, entre Bâle et Zurich, Berne et Zurich et Genève et Zurich. À noter que les bétaillères ne peuvent être utilisées sur ces lignes car la vitesse maximale du tronçon est 200 km/h (Mattstaetten - Rothrist) et que les voitures sans WC chimiques sont limitées à 160 km/h.

Bilan la solution *temporaire* se transforme en une solution à moyen terme.

Actuellement, les CFF envisagent de recycler les IC 2000 (à 2 étages) sur les lignes IR dont la Genève-Brigue. Pour cela il faut adapter les tunnels entre Lausanne et Sierre qui ne sont pas encore adapter au 4 m. Les IC 2000 seront progressivement remplacé dès 2013 sur les lignes IC et la ligne Lausanne - Viège sera au gabarit en décembre 2014 (tunnel de Lutry, tunnel du Burier, ponts sur le Rhône avant Saint-Maurice, tunnel de Saint-Maurice, tunnel de Sierre-Est) et quelques ponts. Le tunnel de Sierre est à l'enquête par exemple est les travaux devraient débuter en 2012; les autres ouvrages devraient être plus simples à adapter.

On verra s'ils tiennent parole, car outre la propreté déplorable, ces wagons bétaillères sont inaccessibles aux personnes âgées depuis les quais non réhaussés (Gland et Renens pour citer des gares où les IR s'arrêtent).

À la décharge des CFF, en procédant ainsi ils ont maximisé le nombre de places assises sur toutes les lignes (IC + IR), ce qui était un manque.

Avec l'amélioration depuis 1 année de la ponctualité, le service est malgré tout meilleur au départ de Genève par rapport à 2008.

Enfin, ces mêmes wagons bétaillères sont également utilisés sur certains IR (pas IC) Zurich-Bâle et sur les IR Zurich-Coire. Nous ne sommes pas les seuls à les subir.

Mais une diminution rapide de ces trucs serait la bienvenue, le touriste est effectivement dégoûté devant ces machins (qui ne sont pas mis sur les lignes passant par la touristique Lucerne).

Écrit par : Klump | 07/02/2011

Les commentaires sont fermés.