21/06/2010

Les matches de foot sont-ils truqués ?

Pourquoi le foot n'utilise-t-il pas la vidéo pour corriger les trop nombreuses erreurs d'arbitrage ?


A l’occasion de la coupe du monde de football j’ai suivi passablement de matches. Et j’ai été sidéré par le nombre d’erreurs d’arbitrage et de cartons  (jaunes et rouges) distribués sans raison. De nombreux joueurs font en effet semblant d’avoir reçu un coup et se roulent par terre en simulant la douleur. Plus vicieux, ils s’accrochent à leur adversaire et le font tomber sur eux pour faire croire que c’est lui le fautif. Tout ceci pour influencer l’arbitre. Et comme celui-ci est souvent trop loin pour voir, cela aboutit soit à un coup franc inutile, soit à un carton injustifié. Carton qui peut déterminer de l’issue d’un match. Et les tricheurs le savent très bien. Et ceci sans compter sur les « hors-jeu » non sifflés.

Des erreurs d’arbitrage existent dans de nombreux sports et c’est pourquoi la vidéo a été introduite dans le hockey sur glace, le tennis, le football américain, sports où les actions vont très vite et où, quelle que soit la capacité des arbitres, une décision « de visu » peut s’avérer erronée. Or apparemment Monsieur Sepp Blatter refuse catégoriquement l’utilisation de la vidéo lors des matches de foot importants. On peut vraiment se demander pourquoi. Car il sait parfaitement quelles peuvent être les conséquences d’une décision erronée. Et il connaît très bien les enjeux économiques des grands championnats. Et il sait aussi très bien que comme dans la boxe ou les courses de chevaux, les matches peuvent être truqués. On achète un arbitre (ou un joueur) et comme ses décisions sont irrévocables, l’issue d’un match devient jouée d’avance.

Vraiment on se demande pourquoi le foot n’a pas recours à la vidéo.

Vous me direz que cela prendrait trop de temps car la durée d’un match se déroulant sur 90 minutes, les droits TV exploseraient. Pourtant, comme au tennis, il suffirait de fixer un quota à chaque équipe. Par exemple 6 réclamations par match. Ou tout simplement de nommer un groupe de super arbitres qui auraient la fonction de corriger l’arbitre de terrain.

Vraiment bizarre ce refus !

19:13 Publié dans Sports | Tags : football | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

Le football est un sport populaire, pratiqué par un milliard de personnes dans le monde, avec 250 millions de licenciés.

L'arbitre doit disposer des mêmes moyens dans toutes les catégories de jeu, c'est ça un sport populaire. Pour les millions de matches de foot disputés chaque semaine dans le monde, il est inconcevable de prévoir la vidéo. La vidéo doit donc continuer à être exclue de l'arbitrage. Soit on la met partout, depuis les juniors, soit on ne la met nulle part, même en coupe du monde ou en ligue de champions. C'est cela un sport populaire. et tant pis pour les erreurs d'arbitrage, c'est le jeu et toutes les équipes peuvent en être victimes.

Écrit par : Philippe Marton | 21/06/2010

Cher Philippe, si le foot est un sport populaire, le foot américain et le hockey sur glace le sont aussi. Et le tennis l'est devenu. Et le fait qu'un sport soit populaire ne justifie pas l'arbitraire.
La vidéo n'est évidemment pas nécessaire sur tous les matches. Mais sur le championat d'Europe ou du monde où les enjeux sont d'une autre importance, elle me parait hautement nécessaire. Ne serait-ce que pour empêcher la triche et les simulations et éviter des cartons injustifiés qui faussent complètement un match. Comme par exemple le carton rouge lors de Suisse/Chili. La vidéo montre clairement en effet que ce carton aurait du tout au plus être jaune et donné aux 2 joueurs Suisse et Chilien.
Bien à vous.

Écrit par : Lambert | 21/06/2010

Et j'ajouterai cher Philippe que si le foot est un sport populaire, c'est un sport qui brasse des sommes considérables à la limite de l'indécence. Les tentations sont donc grandes de fausser certains matches par le jeu des arbitres ou des joueurs eux-mêmes. Il y a eu des précédents, souvenez-vous de l'OM. Alors, si la vidéo n'est pas la panacée, elle permettrait en tout cas d'éviter les abus. Un joueur qui traînasse, un arbitre un peu trop partisan. Et même si le fric n'est pas la motivation, il y a des rancunes. Imaginez par exemple un arbitre lybien qui arbite un match Suisse/Maroc. Où iraient ses préférences ? Et dans quelle mesure subirait-il des pressions ?
A haut niveau les enjeux sont trop considérables pour permettre les erreurs.

Écrit par : Lambert | 22/06/2010

Cher Philippe,

Pour compléter les commentaires de Lambert, je vous rappelle qu'il s'agit là d'un niveau international suivi par les médias et retransmis en direct par les télévisions du monde entier en plus des 32 nations qui y participent.

De telles erreurs d'arbitrage réalisées par les plus grands professionnels en la matière à un tel niveau de la compétition ne sont donc plus tolérables !

Hors, il est vrai que ne pas accepter la vidéo donne un côté plus humain à ce sport, mais n'oublions pas que le jeu va si vite, que même en y mettant la meilleure volonté du monde, les arbitres ne peuvent pas tout voir.

De plus, avec les millions voire les milliards de francs qui circulent dans ce sport et autour, on peut se poser la question si certains matchs ne sont pas truqués.

C'est pourquoi je pense qu'il faut faire comme au tennis et placer la vidéo que dans les compétions les plus importantes et que cette dernière ne doit pouvoir être consultée que dans les situations ou décisions vraiment controversées comme au hockey sur glace.

La vidéo est la clé du rétablissement de la réputation de l'honneur du foot !

Écrit par : dr_doob | 22/06/2010

A noter également que si le chronomètre était stoppé après une faute et ne tournait que durant que le jeu se fasse, les joueurs perdraient très certainement beaucoup moins de temps et joueraient très probablement bien plus sérieusement !

Écrit par : dr_doob | 26/06/2010

Les commentaires sont fermés.