19/04/2009

Le coût du j'm'en foutisme

Energie solaire ... bof !


La Suisse par le biais de l'EPFL, de Nicolas Haiek et de Bertrand Picard est paraît-il à la pointe de la recherche sur les cellules photovoltaïques. Or apparemment cela ne concerne personne et en tout cas pas nos hommes politiques. On a besoin d'énergie et les seules options envisagées sérieusement sont les centrales thermiques ou nucléaires.

Certes certains cantons se penchent sur l'éolien, voire la géothermie. Mais de telles solutions ne peuvent qu'être locales. Et pour ce qui concerne l'énergie solaire elle n'intéresse personne puisqu'on ne peut pas la stocker et qu'elle ne fonctionne que le jour par beau temps.

Or un calcul simple permet de montrer qu'avec un rendement optimal il suffirait de 25km² de panneaux solaires pour fournir une énergie équivalente à une centrale nucléaire de 1 GW. Et ces 25km² on peut les trouver sur tous les toits de Suisse. Mais la nuit ? Rien évidemment. Par contre l'énergie produite la journée permettrait de décharger les centrales existentes, d'où économie de pétrole, de gaz et d'uranium.

Bien plus, les coûts d'exploitation et d'entretien seraient sans commune mesure avec ceux d'une centrale nucléaire  Et il n'y aurait pas de déchets.

Les pays scandinaves et l'Allemagne investissent massivement dans cette technologie et incitent la population à s'équiper par des subventions intéressantes. En Suisse : RIEN !

Ainsi, si nous sommes encore dans le peleton de tête de la recherche, nous risquons rapidement de nous retrouver baba derrière l'Allemagne et surtout l'Amérique. Celle-ci, grâce à son Président, a enfin compris les enjeux. Enjeux écologiques et économiques. Et il a fort à parier que le réveil du géant risque de laisser tout le monde sur la touche. Et une fois encore nous serons les dernier et dépendrons entièrement des technologies américaines. Comme pour les ordinateurs.

Il serait donc peut-être temps que des gens sérieux et qualifiés se penchent sur ce problème et que l'Etat lève un peu le nez pour voir ce qui se passe.

 

Les commentaires sont fermés.